Le Kiosque Média

"Notre métier n’est ni de faire plaisir, ni de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie." - Albert Londres

10.16.2007

Quelle authenticité ?


Les journalistes en mal d'idées ont ce pli fâcheux de créer des tendances à qui mieux mieux lorsqu'ils veulent meubler le vide de leur inspiration ou témoigner de la vacuité de leurs observations sur la société. Dernièrement, nous avons eu droit à un exemple authentique de la chose dans une série d'articles annonçant le retour en force de l'authenticité dans nos sociétés modernes réalisée par le journaliste Fabien Deglise pour le quotidien Le Devoir.

Ainsi, selon le journaliste : « Après des décennies de superficialité et de cynisme, les sociétés modernes carbureraient désormais à la quête d'authenticité ». Premier postulat : on ne pourrait pas être authentiquement cynique, pas plus que franchement superficiel. Comme si l'être vrai des gens devait nécessairement être positif, sain, naturel, convenu et fruste. « Être soi » serait l'apanage d'un certain type d'individus qui assument dans la sphère publique leur « vraie nature » (si tant est qu'il existe quelque chose comme la « nature humaine »).

Des exemples ? Le succès de groupes tels Les Trois accords dont la simplicité désarmante serait gage d'authenticité ; l'usage généralisé du téléphone cellulaire ; le retour du « vrai de vrai » dans la publicité (comme pour les publicités de Desjardins qui utilisent les noms de ses clients pour se vendre) ; le partage de la « proximité » encouragé par Internet dont Facebook serait la figure exemplaire – comme si le fait de n'exhiber que la part festive de sa vie privée tout en se créant un réseau virtuel qui ne correspond souvent en rien avec le réseau réel, relevait de l'authenticité.

Personnellement, nous ne voyons pas dans ces phénomènes un retour (retour, comme si la chose avait déjà disparue) de l'authenticité.
De même qu'une ballade du premier ministre du Canada et du président français en plein Paris ne nous convainc pas d'un retour en force du naturel. Le phénomène décrit relève plutôt de la mise en scène du privé dans la sphère publique et de l'apparence d'authenticité comme masque acceptable socialement.


(Les articles de Fabien Deglise: Êtes-vous authentiques? Montre-moi ton moi! )

1 Comments:

  • At 19 octobre, 2007 16:38, Anonymous Pierre Joly said…

    Cette critique est très sévère et injustifiée. À la lecture de ces articles, on comprend que ce n'est pas seulement le journaliste qui prétend que l'authenticité marque un retour dans nos vies. M. Ferry qui est un pertinent philosophe français
    à l'air de penser la même chose.
    En fait, vous parlez de racourcis des médias mais vous semblez être tombé, avec ce billet, dans le même piège.

     

Publier un commentaire

<< Home

 
Top Blogues